Santé

Tout savoir sur la maladie du soda, inquiétante et silencieuse

la maladie du soda

Son nom aurait pu prêter à confusion, pourtant il ne s’agit pas d’un mauvais jeu de mots. Comment est-il possible de développer une cirrhose sans même avoir consommer une seule goutte d’alcool dans sa vie? La maladie du soda, potentiellement mortelle, toucherait près de 10% de la population. Malbouffe, sédentarité, hypertension ou encore diabète, les facteurs liés à cette maladie sont nombreux. Chaque jour, et parfois sans même le savoir, nous consommons un grand nombre de sucres raffinés et d’aliments gras. Notre corps est surchargé en graisses, le foie ne parvient plus à les éliminer, il sature. Près de six millions de français sont atteints par cette maladie liée au surpoids. Méconnue des médecins et des patients, d’ici quelques années elle pourrait devenir la première cause de greffe du foie, devant l’hépatite C.

La maladie du soda, qu’est-ce que c’est?

la maladie du soda

Également appelée stéato-hépatique non alcoolique (NASH), ou surnommée maladie du foie gras humain, cette pathologie reste encore méconnue du monde médical. Maladie chronique et silencieuse, que l’on doit à une mauvaise hygiène de vie, elle devient aujourd’hui de plus en plus répandue.

Il s’agit d’une pathologie qui se développe lentement et provoque des lésions et des inflammations sur le foie. Causée par une surcharge de graisses, elle serait engendrée par une consommation exagérée de boissons sucrées et de produits gras.

En première ligne de mire, les boissons gazeuses, notamment le célèbre Coca-Cola. Un américain a testé un régime improbable, aux effets alarmants, en buvant 10 canettes de Coca-Cola par jour. Dans un même temps, la liste des responsables est encore longue, les jus industriels, suivis de près par la junk food, les hamburgers, les frites ainsi que les plats préparés et autres confiseries riches en sucre.

Elle serait une conséquence directe du diabète et de l’obésité. Au bout de quelques années, le foie recevant une quantité de graisse trop importante ne parvient plus à l’éliminer. Dès lors, il stocke les acides gras, provoquant ainsi une inflammation qui peut entraîner une fibrose (formation de tissu cicatriciel). Cela peut évoluer en cirrhose, et parfois en cancer. La maladie du soda peut être confondue avec la stéatose hépatique alcoolique, qui est quant à elle, liée aux effets de l’alcoolisme.

Symptômes et dépistage de cette maladie

Généralement, la maladie du soda peut rester asymptomatique pendant plusieurs années. Elle est découverte, le plus souvent, durant un examen médical de routine ou suite à une simple prise de sang.

Parfois, il peut y avoir des signes qui doivent alerter. Comme une intense fatigue, une jaunisse ou encore des douleurs au ventre. Afin d’avoir un diagnostique précis et clair, il est recommandé de réaliser une biopsie hépatique. Cela permet également d’évaluer l’avancée de la maladie.

Dans certains cas, la maladie NASH peut évoluer en fibrose ou en cirrhose. Elle accroît également le risque de souffrir d’autres affections comme: l’insulinorésistance, le diabète, ainsi que les maladies cardio-vasculaires. A un stade avancé, elle peut se transformer en cancer.

Plusieurs facteurs de risque

Une étude établie sur 2634 patients, a été publiée en 2015 par le « Journal of Hepatology ». Il a été démontré que les personnes qui consomment des boissons sucrées quotidiennement auraient 55% de risques supplémentaires de développer une pathologie de ce type.

Le plus souvent, la maladie du soda survient chez des personnes âgées de 40 ans à 65 ans, environ. Ainsi, différents facteurs de risque peuvent en être la cause. Nous pouvons noter notamment le syndrome métabolique, la résistance à l’insuline, la prédisposition génétique, le diabète mal contrôlé, l’hypertension artérielle ou encore l’hyperglycémie.

L’augmentation du nombre de cas de malades est liée étroitement à l’épidémie d’obésité et de diabète qui sévit dans les pays développés. Aussi, près de 22 % des diabétiques seraient atteints par la maladie du foie gras humain, et presque 90% des personnes souffrant d’obésité seraient concernées. La sédentarité et l’absence d’activité physique peuvent également jouer un rôle important dans son évolution.

Quel traitement pour soigner la NASH?

Les personnes souffrant d’une stéatose hépatique non alcoolique doivent se soumettre régulièrement à des contrôles et examens.

A ce jour, il n’existe pas de traitement spécifique pour soigner cette maladie. Le seul traitement qui a fait ses preuves pour lutter contre la douleur et certaines inflammations reste le changement du mode de vie. En d’autres termes, une perte de poids, accompagné par la pratique d’une activité physique régulière et d’un régime alimentaire strict.

Manger plus sainement, éviter les sodas et sucres raffinés. Une perte de poids peut entraîner une amélioration, et dans certains cas une guérison de la maladie. Plusieurs compléments alimentaires, à base de curcuma par exemple, peuvent aussi améliorer un foie affaibli.

Pour les personnes à risque, la prévention repose principalement sur la prise en charge des maladies associées, le surpoids ou le diabète de type 2 par exemple.

Sur le même sujet, découvrez une famille qui a arrêté de consommer du sucre pendant un an, le résultat est surprenant et comment diminuer sa consommation de sucre grâce à 8 astuces simples à appliquer.

Partenaires

Muslimette sur votre mobile. Cliquez !

Partenaires

Pin It on Pinterest