Santé

Au risque de souffrir d’un cancer du sein, évitez d’utiliser des déodorants !

danger des déodorants

Le déodorant, cette pratique d’hygiène quotidienne qui est pour nous une véritable habitude, ne serait-pas si anodine que ça. Depuis plusieurs années, certains composés comme les sels d’aluminium ou encore les parabènes ont été mis en cause et pourraient être liés au développement du cancer du sein. Il s’agit de la forme de cancer la plus répandue dans le monde chez les femmes. Entre rumeur et réalité, le danger des déodorants est-il avéré ? Quelles sont les alternatives que nous pouvons utiliser ?

 

Le danger des déodorants

La transpiration est un processus essentiel et naturel. Notre organisme se protège de la chaleur. Les glandes sudoripares, qui se trouvent sur l’ensemble de notre corps, et sont très actives au niveau des aisselles, sécrètent la sueur. Notre corps est ainsi débarrassé des toxines et des déchets excessifs.
Certaines d’entre nous utilisent des déodorants pour éviter de trop transpirer ou pour sentir bon. Cela pourrait ne pas être sans conséquence.

 

Le principe actif des déodorants et anti-transpirants

Ce sont deux familles de produits que nous pouvons être amenés à utiliser, mais nous ne connaissons pas toujours leurs fonctions et leurs différences.

  • Les déodorants ont pour but de masquer les odeurs. Ils agissent de différentes manières, via des ingrédients parfumés par exemple. Le talc, ou encore les poudres de plantes camouflent les mauvaises odeurs en absorbant la sueur. Ils peuvent contenir des bactéricides, notamment lorsqu’ils sont à base d’alcool ou de parabène.
  • Les anti-transpirants ont pour but de limiter la transpiration. Cette diminution est souvent due à la présence de sels d’aluminium (majoritairement du chlorhydrate d’aluminium pour les sprays et les billes, et du zirconium pour les sticks et les gels). Ils ont pour effet de capter l’eau et de resserrer les pores de la peau par lesquels s’évacue la sueur. 

 

Des risques potentiels 

Une équipe américaine dirigée par le docteur Kris McGrath a affirmé que l’utilisation d’un déodorant (ou d’un anti-transpirant) associée au rasage des aisselles augmenterait le risque de développer un cancer du sein. Lorsqu’ils ont interrogé 437 patientes atteintes, ils ont pu mettre en évidence que la précocité de leur cancer était liée à certaines pratiques d’hygiène. Des patientes utilisaient fréquemment un déodorant après s’être rasées les aisselles. L’association de ces deux pratiques serait donc en cause. Les rasoirs causeraient des micro-lésions, capables de potentiellement laisser passer les substances toxiques des déodorants et anti-tranpirants. Néanmoins, cette étude basée sur les habitudes d’hygiène des participantes ne permet pas d’apporter une conclusion ferme au potentiel danger des déodorants. 

Quelques mois plus tôt, une équipe anglaise dirigée par le Pr. Darbra révélait la présence de fortes concentrations de conservateurs (des parabènes) dans 20 tumeurs de patientes atteintes du cancer du sein. Le parabène est utilisé dans l’alimentation et présent dans beaucoup de cosmétiques, notamment dans les déodorants. Ce composé a été retrouvé intact dans les tumeurs mammaires. 

En 2012, l’Agence française du médicament écartait tout risque cancérigène, tout en fixant une concentration d’aluminium maximale à 0,6% dans les produits concernés. Elle déconseillait également l’application sur une peau lésée après un rasage par exemple. André Picot, expert français et toxicochimiste a son propre avis sur la question.
A la base, l’aluminium est un métal toxique. Les sels d’aluminium sont solubles dans les graisses et dans l’eau. Ils peuvent ainsi pénétrer la peau très facilement. Et cela, de manière encore plus rapide si nous venons de nous raser ou nous épiler. En appliquant un déodorant de ce type, les traces d’aluminium circulent au niveau des aisselles. Elles partent en suite en direction de la poitrine, et s’accumulent enfin dans cette zone graisseuse. 

 

Pas de conclusion définitive

Malgré ces recherches, aucune conclusion définitive ne peut être apporter sur le potentiel danger des déodorants et anti-transpirants. En effet, certaines études n’ont pas tenu compte de la composition des déodorants. D’un autre côté, aucune comparaison n’a été réalisée avec un groupe de femmes témoins, non atteintes par le cancer du sein. Dans certains cas, le nombres de tumeurs étudiées est relativement faible. Tous ces facteurs pourraient remettre en cause la fiabilité de certaines études déjà menées. A l’heure actuelle, nous ne savons pas clairement si les déodorants et anti-transpirants pourraient participer au développement du cancer du sein, ou le provoquer à coup sûr. Il faudra attendre l’existence de nouvelles études pour déclarer une potentielle mise en cause ou pas.

 

Les alternatives à privilégier

danger des déodorants

Puisque concrètement, nous ne sommes pas sûres à 100% du danger des déodorants, il vaut mieux éviter de les utiliser au maximum, afin de préserver notre santé. Pour éliminer les odeurs indésirables du corps, nous pouvons remplacer le déodorant par des produits naturels et sains. Il existe bon nombre d’alternatives, comme la pierre d’Alun et les produits maison. Découvrez des recettes simples et accessibles pour réaliser son déodorant à la maison. Rendez-vous sur Déodorant d’Orient à réaliser soi-même et DIY: déodorant naturel spécial voyage.

A propos de l'auteur

Oum Bilal

2 Commentaires

Clique ici pour ajouter ton commentaire

  • wassalaamoualeikoum,

    Peut être dans la journée, au besoin, nettoyer l’endroit avec un peu de savon et essuyer avec quelques cotons humides ? En alternative aux déodorants…

  • Assalam alaykounna, effectivement pour l’odeur de la transpiration c’est naturel et c’est mieux pour notre corps de l’éliminer, après concernant l’odeur ça se joue au niveau de votre hygiène de vie, ce que vous consommez notamment nourriture et boisson, beaucoup de choses se joue dans l’intérieur de l’organisme !

Muslimette sur votre mobile. Cliquez !

Tu veux lire l'arabe ?

Et dire enfin adieu à la phonètique ?

OUI, Je veux lire l'arabe

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest