Actualités

Femmes au foyer : préparez le chéquier !

A l’heure où Jean-Marc Ayrault planifie la réforme fiscale, la ministre du droit des femmes, Najat Vallaud-Belkacem souhaite augmenter l’imposition des familles dont la femme est au foyer. Pour y parvenir, la ministre défend la suppression du quotient conjugal.

Qu’est-ce que le quotient conjugal ?

Il s’agit d’une modalité de calcul de l’impôt sur le revenu s’appliquant aux couples mariés ou pacsés. On fusionne leurs revenus, en appliquant à chaque part égale le barème du quotient. De ce fait, le revenu du conjoint le plus aisé est diminué, surtout si l’un des deux conjoints travaille. Tandis que lorsqu’il n’y a pas de quotient conjugal, l’individualisation de l’impôt revient plus coûteuse. Pour la ministre du droit des femmes, « Le quotient conjugal, tel qu’il existe, dissuade les femmes de travailler… »
 
Qu’en est-il de nos sœurs ?

Inutile d’évoquer la difficulté qu’engendre la recherche d’emploi. Hommes, femmes sont concernés dans cette rude tâche. Et il nous est d’autant plus dur, à nous, femmes musulmanes, de trouver du travail tout en respectant nos obligations religieuses. De ce fait, beaucoup d’entre nous ne peuvent travailler et choisissent d’être femme au foyer. Ce qui n’empêche en aucun cas d’être totalement épanouie (au contraire). Néanmoins, notre Ministre du droit des femmes ne le voit pas de cette façon. Cette dernière souhaiterait l’individualisation de l’impôt afin de « lever un frein à l’emploi des femmes ».
 
Une inégale égalité

Cette réforme imposera donc à nos sœurs musulmanes, ne pouvant travailler à cause de leurs enfants en bas âge ou bien cherchant à maintenir une solidarité familiale en étant mère au foyer, de « payer plus » pour rester à la maison.

D’ailleurs, la hausse concerne surtout les couples mono actifs, donc les ménages modestes. Appliquer cette réforme engendrerait plus une nouvelle inégalité qu’une incitation au travail. « L’individualisation va appauvrir le couple inégal pour ‘’inciter’’ un des conjoints à travailler plus pour gagner plus. » Rapporte Bruno AMABLE, professeur à l’université de Paris,  « Au passage, contrairement à un argument souvent entendu du côté de ses partisans, l’individualisation aussi conduit l’Etat à se mêler des choix de vie. »

Cette réforme quelque peu féministe peut se voir comme du « forcing » tant les raisons à l’incitation au travail pour les femmes au foyer sont explicites. Et comme toute réforme voulant parfaire le système, il existe des perdants puisqu’en effet, l’imposition individuelle pour les couples mariés ou pacsés ne se range que du côté des couples aisés.

Muslimette sur votre mobile. Cliquez !

at ante. vulputate, porta. Donec odio mattis efficitur. risus mattis

Pin It on Pinterest