Santé

Piscine, un nid à microbes et virus en tout genre!

piscine

Pratiquer une activité sportive régulière est plus qu’essentiel dans une société où l’on passe beaucoup (trop) de temps devant nos écrans et dans les transports en commun. Lorsque l’on cherche un sport à faire pratiquer à nos enfants, la natation semble être l’un des choix les plus adaptés et les plus complets qui soient. Toutefois, un certain nombre d’éléments pose incontestablement problème quand on décide de se rendre à la piscine municipale ou autres piscines publiques. En effet, outre le manque de pudeur évident des baigneurs, il semblerait que l’eau turquoise et cristalline des piscines ne soient qu’une façade et que lorsqu’on y regarde de plus près, le constat est alarmant: l’eau de la piscine, un nid à microbes.

 

La piscine, un nid à microbes malgré une réglementation sanitaire stricte 

De fait, bien que l’eau des piscines soit chlorée, entretenue et renouvelée régulièrement selon des normes sanitaires très strictes, les bactéries, virus et champignons y prolifèreraient avec une aisance et une rapidité déconcertante. Et la cause à tout cela ne serait autre que l’hygiène corporelle des baigneurs eux-mêmes. En effet, nombreux sont les baigneurs, homme et femme, qui ne respectent pas les consignes d’hygiène avant d’aller se baigner.

piscine, un nid à microbes

Par exemple, la douche obligatoire avant l’accès au bassin ne serait prise que très rarement, voire pas du tout par les baigneurs, ce qui renforce la pollution de l’eau par des résidus de déodorant, de parfum, de maquillage et autres crèmes. Tout ceci sans compter sur la présence de sueur et d’urines qui font inévitablement partie de nos brasses sans que nous en ayons conscience.

Il en est de même pour les virus et microbes qui se déposent dans le bassin par manque d’hygiène des baigneurs, et qui peuvent provoquer, au même titre que l’urine et la sueur, des irritations cutanées (ezcéma) et rougeurs oculaires. Toutes ces substances font véritablement de l’eau de piscine, un nid à microbes à fuir de toute urgence.

Car selon une étude américaine réalisée par http://www.cdc.gov/features/healthyswimming/, c’est bien l’urine présente dans l’eau des bassins et non pas le chlore (comme on a pu nous le faire croire), qui provoque les fameux yeux rouges pendant et après avoir nagé. Donc si vous vous baignez et que vous sortez de l’eau avec les yeux rouges c’est que vous nagez en plein dans l’urine.

L’eau de la piscine, un nid à microbes mais également à urine et à sueur. Comment est-il possible d’accepter de nager ou de faire nager nos enfants dans une eau si propice au développement de divers maladies, allergies et irritations? Comment imaginer laisser ses enfants « macérer » (c’est le mot!) au milieu des microbes, virus, champignons et urine, alors que nous les imposons à la maison une hygiène corporelle stricte, comme nous le demande notre religion?

 

Le chlore, un gage de propreté mais pas de sécurité sanitaire

Mais il semblerait que le plus alarmant vienne d’ailleurs. En effet, toutes ces substances, notamment chimiques, lorsqu’elles entrent en contact avec le chlore, transforment la nature de ce dernier qui devient chloramine, une substance toxique selon l’Agence nationale chargée de la sécurité sanitaire. C’est la chloramine qui est susceptible de provoquer des irritations cutanées, oculaires, de l’asthme et des allergies de toutes sortes.

Ainsi, entrer dans le bassin en étant mal rincer, en ayant totalement négliger la douche avant d’y accéder, et tout cela en sachant pertinemment que l’on a utilisé un déodorant quelques heures avant, que l’on s’est maquillé le matin même ou que l’on a transpiré avant de venir à la piscine, relève de l’inconscience individuelle particulièrement nocive pour le collectif.

Tous ces produits chimiques ou substances naturellement sécrétées par l’organisme, lorsqu’ils entrent en contact avec le chlore, rend ce dernier nuisible et dangereux pour la santé des autres baigneurs qui peuvent souffrir, comme cité plus haut, d’irritations et d’allergies plus ou moins graves.

Il incombe donc à chacun de prendre ses responsabilités et de respecter les quelques règles sanitaires, pourtant basiques, qu’un baigneur devrait respecter avant l’accès au bassin.

 

L’hygiène des baigneurs, première cause qui fait de votre piscine, un nid à microbes 

Devant une telle situation, l’Agence nationale chargée de la sécurité sanitaire a publié quelques recommandations pour augmenter l’hygiène des baigneurs et ainsi diminuer le taux de chloramine dans les bassins des piscines publiques et municipales:

  • Respecter les zones de déchaussage spécifiques, ce qui permet de réduire considérablement la zone de chevauchement pieds nus-pieds chaussés ·
  • Utiliser un maillot de bain exclusivement réservé à cet effet
  • Porter un bonnet de bain
  • Respecter le passage aux toilettes avant la baignade afin de diminuer l’inévitable sécrétion d’urine pendant la baignade
  • Ne pas appliquer de produits cosmétiques avant la baignade
  • Prendre une douche savonnée pour réduire la quantité de sueur et passer par le pédiluve avant d’accéder au bassin

Chaque baigneur devrait donc suivre ces recommandations pour plus d’hygiène collective et moins de risques de prolifération de microbes, virus et champignons, mais le chemin est encore long.

A lire aussi: Toilettes publiques: mode d’emploi 

Lire également: Nos machines à café: véritables nids de bactéries

Muslimette sur votre mobile. Cliquez !

Aenean commodo risus et, porta. elit. Praesent consequat. dictum

Tu veux lire l'arabe ?

Et dire enfin adieu à la phonètique ?

OUI, Je veux lire l'arabe

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest