Santé

Ritaline ou comment accoutumer nos enfants à la consommation d’amphétamines dès la primaire ?

Dans une société où la sur-médication est monnaie courante et où le profit est plus important que notre santé, les dérives sont malheureusement omniprésentes. Et le moins que l’on puisse dit, c’est qu’elles peuvent s’avérer désastreuses, surtout lorsqu’il s’agit de traitements destinés aux enfants. En tant que parent, nos enfants représentent une amana inestimable. Nous devons ainsi nous informer sur les dangers qu’ils peuvent provoquer. Découvrez dans cet article la face cachée de la Ritaline, ce médicament à base d’amphétamines que de plus en plus d’enfants se voient prescrire dès l’âge de 6 ans pour cause d’hyperactivité.

La Ritaline : ce médicament « salvateur »?

 

Comme tous les médicaments, la Ritaline est présentée comme une solution pour bon nombre de parents ayant des enfants hyperactif ou TDAH.

Qu’est-ce que la Ritaline?

La Ritaline est le nom du médicament contenant le principe actif méthylphénidate.

Le méthylphénidate est un psychostimulant ayant des effets similaires aux amphétamines.

Il agit sur l’influx nerveux entre les neurones.

Mais il est important de signaler que certains spécialistes avouent volontiers ne pas comprendre véritablement comment fonctionne ce médicament et le vrai impact qu’il peut avoir sur le cerveau.

A l’origine, le méthylphénidate a été mis sur le marché pour traiter la dépression et la narcolepsie, ce qui peut se comprendre étant donné que c’est un psychostimulant.

 

Comment agit-il sur l’hyperactivité ?

Son effet sur l’hyperactivité a été découvert par hasard. Ce qui peut expliquer que d’un individu à un autre, son efficacité peut être très variable.

Toutefois, pour la plupart des consommateurs hyperactifs de méthylphénidate, on note:

-une meilleure concentration

-une diminution de l’agitation physique

-une propension à se mettre moins en colère

-une meilleure mémoire

Tous ces effets sont probablement dus au fait que le méthylphénidate fait partie de la famille des amphétamines.

Les effets de ces dernières étant de forcer le flux sanguin à irriguer le cerveau de manière correcte.

En 2016, selon la CPAM, les prescriptions de Ritaline en France ont augmenté de 70% en 2 ans et elle ne fait que croître.

Mais en fait, l’hyperactivité c’est quoi ?

Lhyperactivité, très souvent lié au TDAH (troubles de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité), est un trouble du comportement, qui concerne majoritairement les enfants et les adolescents (bien qu’il soit parfois présent à l’âge adulte).

On le définit souvent par une agitation extrême, de limpulsivité, des difficultés à se concentrer et à apprendre, une frustration constante qui peut aller jusqu’à des actes de violence contre lui-même et les autres (dans certains cas).

Mais concrètement, que se passe-t-il ?

L’hyperactivité, c’est physiologiquement une asphyxie du cerveau, un défaut de vascularisation au niveau cérébral.

Ne recevant pas assez d’oxygène et de sang, le cerveau se retrouve asphyxié, ce qui met le système nerveux en stress maximal.

S’en suivent donc tous les symptômes de l’hypercativité que l’on connaît.

 

Les effets de la Ritaline sur la santé de l’enfant

Prescrit de manière quasi-systématique aux enfants diagnostiqués hyperactifs, la Ritaline n’est pourtant pas sans danger.

 

Mettre son enfant sous amphétamines ?

Le méthylphénidate étant une amphétamine, il a donc les mêmes effets, à longs termes, que les drogues communément appelées « speed ».

C’est un produit hautement addictif qui, outre son efficacité toute relative, conduit nos enfants dès le plus jeune âge à saccoutumer à la consommation damphétamines.

Ce médicament peut sembler anodin si on en croit la plupart des médecins qui le prescrivent et les laboratoires pharmaceutiques qui le produisent.

Toutefois, donner des amphétamines, même à faible dose, entraînent une dépendance à ce type de drogues dès le plus jeune âge.

Car, rappelons-le, la prescription de Ritaline est autorisé dès l’âge de 6 ans !

Dès le Cp en fin de compte…

Faire de nos enfants de futurs toxicomanes, totalement dépendants n’est certainement pas, on l’espère, le but de nos instances de santé.

Néanmoins, c’est vers cette catastrophe sans nom que se dirigent les générations futures…

 

Mais alors quelle solution contre l’hyperactivité?

Face à un tel scandale, force est de constater que la solution médicamenteuse est loin d’être sans danger.

 

Et si la solution se trouvait dans nos habitudes ?

Les habitudes que nous adoptons au quotidien ont, sans aucun doute, un impact considérable sur les comportements de nos enfants.

On n’a encore beaucoup de mal à y penser tout de suite, mais changer certaines de nos habitudes peut parfois faire une grande différence.

 

Et si une partie de la solution se trouvait dans nos assiettes ?

La dégradation de la qualité des aliments, les pesticides, les produits industriels sur-transformés, sont autant de raisons qui font que notre alimentation moderne est de bien piètre qualité.

 

Cette mauvaise qualité est justement à l’origine de la dégradation de notre santé et en particulier de celle de nos enfants.

 

L’exemple du gluten

Bien qu’on entende un peu partout que manger sans gluten soit une mode commerciale, tout porte à croire que le gluten agisse de manière significative sur les comportements hyperactifs de nos enfants.

En effet, lorsqu’on y regarde de plus près, on constate que le gluten pose bien problème.

Le gluten, cest une protéine présente dans le blé de manière naturelle.

 Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, une modification génétique a permis d’augmenter considérablement les quantités de gluten dans un seul épis de blé.

Et ce, dans un but de productivité.

En effet, c’est le gluten qui donne cette texture tant appréciée et ce moelleux à toutes les préparations boulangères entre autres.

Car ce qu’il faut bien comprendre, c’est que le gluten est partout et en quantité très importante, même où on l’attend le moins puisqu’il peut servir de conservateur.

Outre les multiples problèmes digestifs qu’il provoque, le gluten ne s’arrête pas là.

L’une des substances présentes dans le gluten de blé, lalpha gliadine, est responsable d’un défaut de vascularisation au niveau du cerveau.

Ce qui a pour conséquence un manque d’apport de sang dans la zone cérébrale.

Un cerveau qui est mal alimenté en sang est un cerveau qui ne fonctionne pas correctement.

Cela ne vous rappelle pas quelque chose ?

De plus, nous avons vu plus haut que le phénomène d’hyperactivité se traduisait par un cerveau asphyxié, ne recevant plus suffisamment de sang.

Alors ?

Supprimer le gluten dans notre alimentation et de celle de nos enfants est LA solution à l’hyperactivité ?

Non, mais cela y participe, c’est certain.

 

L’impact de l’alimentation et du mode de vie sur le comportements de nos enfants

On ne se rend pas compte à quel point notre mode de vie et notre alimentation ont un impact sur la manière de fonctionner de notre cerveau et notre caractère.

Il est étonnant de voir qu’un enfant dit « difficile » peut changer du tout au tout par une modification de ses habitudes alimentaires et environnementales notamment.

Si vous voulez obtenir toutes les clés pour avoir des enfants calmes et en bonne santé dans un foyer apaisé, ma formation Retour au calme est faite pour vous.

Cette formation concerne les enfants hyperactifs mais également (et surtout) les enfants agités qui pourraient devenir hyperactifs avec le temps.

L’un des buts de cette formation est d’échapper à tout prix à la Ritaline et se tourner vers une réforme du mode de vie et de lalimentation.

Empêcher nos enfants de devenir dépendants aux drogues tout en les rendant plus sereins et apaisés, c’est tout l’enjeu de cette formation in sha Allah.

 

Cliquez ici pour en savoir plus sur la formation « Retour au calme ».

 

Lucie oum Ayoub du site Vivons physio-logique

A propos de l'auteur

Oum Neyla Muslimette

2 Commentaires

Clique ici pour ajouter ton commentaire

  • l alimentation moderne, les pesticides, les médicaments, la pollution autant de facteurs générateurs de maladies et de troubles dès l « enfant qu ‘Allah nous préserve

  • Assalamalaykounna

    BarakAllahoufiki pour cet article. SoubhanAllah j’ai vraiment été étonnée de l’augmentation de vente en ci peu de temps. Est ce le fait que c’est une molécule nouvelle ou non.
    Cela m’ammene a me poser la question si tous les enfants traités sont vraiment hyperactif ou si le médicament est prescrit pour calmer l’enfant est ainsi rendre la vie plus facile aux parents et eux enseignants.
    Le rôle du sucre aussi agit beaucoup sur « l’hyperactivité » des enfants. Mais je pense que je ne vous apprends rien en disant cela.
    En tout cas c’était vraiment un article très intéressant. Allahuma barik

Muslimette sur votre mobile. Cliquez !

ut porta. ut nec id eleifend odio elementum mi, Sed

Tu veux lire l'arabe ?

Et dire enfin adieu à la phonètique ?

OUI, Je veux lire l'arabe

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest